Pourquoi j'ai arrêté la fac?

Publié le par RaphLaRage&GrosseMerde

 

les-annees-fac-affiche_158500_13706.jpg.pngDepuis les années 80, de plus en plus de jeunes (à cause de la politique du bac pour tous) se dirigent vers des universités de plus en plus bancales. A cette époque, le diplôme universitaire demeurait être un plus, maintenant, avec le boom démographique (et l'immigration de masse, note de Philippe de Villiers), l'explosion des inscriptions dans l'enseignement supérieur fait perdre toute valeur aux diplômes. En exemple la totale disparition du DEUG et de tout autre niveau Bac +2 depuis la catastrophique réforme LMD. Comment cette dégradation de la fac est-elle vécue chez les nouveaux étudiants ? En exclusivité sur jetenculetherese.com, les plus valeureux témoignent. Ce soir, ils vous disent pourquoi ils ont quitté la fac.


« Parce que les grèves, ça me casse les couilles! »
Anthony, étudiant en Eco-Gestion à Dauphine.

etudiant-paris-3.png

« J'en ai ras le bol des gouvernements successifs qui tentent vainement de changer les choses ! Nous, on veut que ça reste tel quel! Parce que quoi qu'il se passe, les blaireaux syndiqués gueulent et font des blocus. Alors bon, pendant une semaine c'est sympa ! C'est vrai moi je suis d'accord avec eux, la droite se fout de notre gueule. Mais bon à un moment, on chie dans une contrebasse, plus personne ne nous écoute à part trois ou quatre syndicalistes au nez rouge, pétés au Ricard à 13H, qui n'ont jamais vu la couleur d'un Deug. Alors ces cons votent sans relâche le blocus pendant des semaines et ça n'en finit plus. Moi si j'ai choisi Dauphine, c'est pour partir en Australie dans une superbe école prestigieuse. Figurez-vous qu'ils ont supprimé l'échange à cause des grèves ! Bah oui, les étudiants qui payent leur voyage une fortune pour étudier à Paris loupaient la moitié des cours du seconde semestre à cause de ces blocus, organisés par ces sales fils de pute à dread locks. Allez tous vous faire enculer maintenant ! »

No comment.

 


« Parce que y a que des cons. »
Guillaume, étudiant en Cinéma à Paris 3 La Sorbonne.
punk.png

  « Non mais chaque année, rien qu'à voir la gueule des gens de ma classe, je bade. C'est la troisième première année de Licence que je fais, et c'est toujours la même chose. Il y a deux populaces : d'abord les branleurs sortis du lycée qui profitent d'être chez papa et maman pour fumer des pétards et sécher les cours. Ils utilisent la fac pour participer à des « projets » plus bidons les uns que les autres. Les cours, ils s'en foutent, ils ne se rendront compte que l'année prochaine de l'importance des études. C'était mon cas en première année. Le reste, ce sont des gens issus de milieux modestes de capacités intellectuelles modestes également. Ils n'ont été pris nulle part et leurs parents n'ont pas les moyens de les mettre dans le privé. Du coup ils sont démoralisés et ils doivent souvent trouver un petit boulot à côté. Ce qui fait qu'ils mettent deux ans pour valider une année. C'était mon cas en deuxième première année. »

 

 

« Parce que y a pu d'thune. »
Kahina, étudiante en socio à Paris XIII, Saint Denis.
kahina.png

Les caisses sont vides. Cela se ressent lorsque l'on traverse les couloirs de la fac de Saint Denis. Les locaux sont ignobles, on ne peut faire deux pas sans tomber sur une canette de coca vide ou une capote usagée, l'air est suffocant, ça puire ! Kahina nous confie : « Mon pote Kévin lui en école de co, il a de jolis WC où il peut passer des moments agréables entre deux cours. Nous à Saint Denis, pour aller pisser, c'est Indiana Jones, il faut être un acrobate pour sortir sans particule d'urine sur tes Converses. »
Et en ce qui concerne le matériel, c'est encore pire. Les salles de classes sont dégradées, les télévisions qui fonctionnent se comptent sur les doigts d'un moignon et le matériel informatique est obsolète. Dans les écoles privées, tout le monde a son I Book perso et ils prennent leurs cours là dessus. A la fac, on doit apprendre le montage vidéo sur Windows 98 à deux par poste (j’exagère à peine).

 

 

« Parce que le Crous, c'est de la daube ! »
Lawrence, élève en lettres à Jussieu.
lawrence.png

  « La cantoche c'est vraiment de la grosse merde, passez moi l'expression. On a tous les jours des frites et des steaks, sinon les trucs à côté sont des snacks qui filent la gerbe toute la journée. Tenez ce midi, j'ai pris un sandwich qui s'appelait le Pain Pizza. Le nom est significatif, c'est un bout de baguette industrielle, avec une pizza à l'intérieur. Les gars adorent ça. C'était vraiment ignoble. Je ne vous parle pas des queues de bâtards quand souvent on doit enchaîner deux cours de trois heures entre 12H55 et 13H. Le service est déplorable et les meufs pas sympa. Et puis t'as pas intérêt à oublier ta carte Monéo, sinon tu l'as dans le cul. »

 

 

« Parce que mon Erasmus était pas top. »
Ingrid, étudiante en Philo, ayant passé 8 mois à Barcelone.

ERASMUS.png

  "Ok on s'est bourré la gueule pendant 6 mois. Mais les cours étaient totalement bidons. J'ai dû assister à quatre confs en tout et pour tout tellement je ne comprenais rien aux cours en espagnol. Ce n'est pas grave car j'ai validé le semestre avec l'aide de Pedrolito, avec qui j'ai couché pendant cinq mois. Il était pas top et un peu con, mais ça faisait passer le temps et il m'aidait pour mes devoirs. Mon copain n'en sait rien..."
En Erasmus, les gens viennent pour s'amuser, Klapisch leur a fait croire que cette année était celle qui allait conclure leur jeunesse en beauté. En réalité, la plupart du temps on se retrouve dans nos chambres, seuls, à skyper avec nos potes de Paris, qui eux s'éclatent.

 

 

« Parce que les profs, ils puent de la gueule ! »
Source anonyme.

prof-de-fac.png
« Les profs sont toujours de vieux schnocks gauchistes sûrs d'eux, absents une semaine sur deux pour des « conférences ». On ne peut les contredire sous peine d'être ridiculisé devant l'amphi. [...} Quelques fois c'est vrai, les cours sont sympa. Mais c'est souvent de la grosse théorie bien grasse, inutile sur le marché de l'emploi. »

 

 

Et c'est là que les jeunes qui choisissent la fac ne sont pas toujours au courant des enjeux. Les universités françaises forment avant tout des universitaires. Grosso modo, des profs de fac, ou des chercheurs. L'Université n'a pas pour but initial de professionnaliser nos enfants, mais de transmettre un savoir. On peut utiliser ces acquis dans le monde du travail, mais c'est hélas de moins en moins plausible. Maintenant les écoles privées dépassent les universités en pourcentage de chance de sortir avec un boulot en poche. Bref, le savoir en lui même n’intéresse plus personne en 2011, on veut du pognon ! Nous revenons à notre bonne vieille France d'avant l'abolition des privilèges! Hallelujah. 

 

Une consolation néanmoins pour tous les étudiants qui ont perdu l'envie de vivre : l'annonce des sujets de thèses de philosophie sur le tableau d'affichage. Chaque année, c'est à se tordre de rire. On se quitte sur le best of de l'année 2010, le TOP 3 des trois sujets de doctorat les plus relous!

 

- Actualisation des prophéties bibliques sur la restauration d'Israël dans les milieux protestants belges. Études basée sur les principaux et influents périodiques et revues protestants de 1945 à 2006.

- Étude cognitivo-comportementale neuropsychologique et nutritionnelle chez les consultants adultes et les écoliers anémiques de la région rurale de Kenitra.

- Recherche sur les gestes dans le monde syro-mésopotamien aux époques historiques: dominants et dominés dans les rapports de force et dans les rapports hiérarchiques.


Raph laRage, pour jetenculetherese.com.


 

Message de la rédaction:

 

Grâce à vos votes, nous sommes en dixième position du top dans la catégorie Lifestyle! C'est génial. Continuez à voter! De votre bureau, de chez vous, de chez votre zouz (même si elle aime pas le blog), de chez Moune (même si le blog ne l'aime pas). Bref aidez nous à atteindre le sommet. Sachez qu'on peut voter une fois par jour. N'hésitez pas à recommencer. On vous aime!

Publié dans Société

Commenter cet article

Vaillant Veilleur 17/01/2012 20:02

Ce cher Guillaume punk à chien oublie une catégorie d'étudiants en FAC de ciné : les cinéphiles zélés intello-chiants qui la ramène tout le temps et qui font autant chier leurs camarades que les
profs...

Frog 02/11/2011 20:17


Il y a aussi le combo prépa - grande école publique (même tarif que la fac, gratuit pour les boursiers) : on en chie pas mal, on est pas sûr que ça va marcher, mais en principe, si on se sort les
doigts du cul, on gagne facile dans les 30-40000 € par an (au début). Et c'est le boulot qui vient te chercher avant que tu sois diplômé.


Coucou 17/10/2011 20:38


Sinon on peut aussi être intelligent et faire une fac de medecine. Inscription gratuite pour les boursiers, infrastructures et équipements en bon état grâce aux industries pharmaceutiques. Et en
plus d'être payé par l'hopital pour faire ses études des le milieu de troisième année on est certain de chier dans la bouche des smicards en gagnant 5000€ minimum diplôme en poche...


Hervé 30/08/2016 15:27

Je précise : l'envie ou le profil (voir mon précédent message).

Hervé 30/08/2016 15:24

C'est sûr, mais bon, ce ne sont pas forcément des études qui conviennent à tout le monde.
C'est bien beau de dire "Il faut faire telles études, le reste c'est de la *****" mais encore faut-il en avoir envie.

Tout le monde n'a pas les études scientifiques ou de commerce dans l'âme...