Simon Werner a disparu

Publié le par RaphLaRage&GrosseMerde

http://nivrae.fr/wp-content/uploads/2010/08/SIMON-WERNER-AFFICHE_bas.jpg

De Fabrice Gobert

Durée : Beaucoup trop long

Sortie : On est pas pressé

Petite production indée française sortie l'année dernière sur sept écrans en France. Le nom du film est tâché de foutre par pas mal de critiques pour sa ressemblance avec Elephant de Gus donc, promis, je ne prononcerai pas les mots Gus Van Sant et Elephant dans cet article. C'est beaucoup trop facile et cela ferait plaisir à ces trous du cul. Faisons comme si la palme de d'or 200(?) ne faisait pas partie du paysage cinématographique et parcourons ensemble ce petit navet, sans parti pris. 

Sortie cette semaine (ou peut être une autre) en DVD, Simon Werner a disparu semble  être un film de fin de première année d'un étudiant de la Fémis,  certainement distribué par le tonton du réalisateur. L'opinion du critique évolue au fur et à mesure  du film. Au début, on trouve ça naze. C'est mal joué, les dialogues sont sans reliefs, la trame est pourrie, la structure de l'histoire clichée. Trois élèves d'une classe de terminale disparaissent. Ouah (surtout quand on apprend que deux d'entre eux ont juste séché parce qu'ils sont moches et cons). Ensuite on trouve ça original, le fait de proposer au spectateur plusieurs points de vue permet de rentrer dans une intrigue qui prend un tournant glauque digne d'intérêt. Enfin, la troisième phase, on trouve ça originaz. On aime la forme (n'oublions pas que je n'ai pas le droit de parler d'Elephant), mais toutes les expectations que nous avions expectatées pendant la phase deux tombent à l'eau. Ne vous attendez pas à une histoire d'orgies homosexuelles secrètes chez le prof d'EPS, ça n'arrivera pas. Le meutrier du chère Simon (ado sans histoire que tout le monde aurait vite oublié de toutes façons) n'est pas un prof de sport gay, ni un ado qui découvre son homosexualité, mais un fou qui vit dans une cabane en plein milieu d'un bois de banlieue. Surréaliste. 

Petit problème de casting également. Le personnage d'Alice est censée être la bombe du lycée, la fille que tous les garçons ont envie de déniaiser. Je ne sais pas dans quel lycée de Bretagne est allé le directeur de casting, mais dans mon bahut, la belle blonde n'avait pas le menton de Gérard Depardieu que se tape cette pauvre actrice dont je tairai le nom. Dommage enfin de ne pas avoir vu ce film en version originale, le doublage est vraiment à chier, cela piétine sur le jeu d'acteur. 

Bref, tout est un peu loupé dans ce film à priori prometteur. On se demande ce qu'a voulu nous dire l'auteur (je tairai son nom également). Aucun message, aucune morale, une forme déjà vue et revue (je n'ai pas le droit de dire où). A voir en streaming quand il nous reste quelques minutes Megavideo a dépenser. 

04/20 pour la musique de Sonic youth, -2 parce que tu as copié sur ton voisin.  

 

Raph laRage pour jetenculetherese.com

Publié dans Culture

Commenter cet article