Le sein de Sophie Marceau.

Publié le par RaphLaRage&GrosseMerde

cannes.png

 

Jetenculetherese, c'est aussi le Cinéma. Le eins de Sophie Marceau, c'est la nouvelle rubrique lubrique de notre envoyé spécial Yves Rincé, encore un nouveau dans l'équipe jetenculethere.com. Il est arrivé hier en retard à la Croisette et s'en explique. 

 

Je n'aime pas arriver tout de suite au festival de Cannes. D'une part, parce que les premiers jours, les soirées sont chiantes à mourir en martyr sur une place de Marrakech, et d'autre part, pendant les premiers jours, Cannes ça baise pas. A part les troupeaux de putes de luxes de l'hotel Martinez, à 2000 euros la pipe au Nutella. Si c'est pour gicler après Ribéry, aucun intérêt.

 

Statistiquement, à Cannes, tu commences à baiser après le premier week end. Voire le dimanche, quand t'as des places pour un film chinois bien chiant à mourir en martyr dans un bus de Tel Haviv. T'y emmènes la nana et t'auras à coup sûr la primeur d'une faveur buccale dans la pénombre du cinéma. Quand je dis « faveur buccale », je parle de pipe au nutella gratos ! Ha lala, que de bons souvenirs, ça me rappelle quand Nathalie Portman était venue pour Léon...

Parce que l'avantage à Cannes, mes cocos, c'est que c'est rempli d'apprenti-comédiennes, prête à tous les coups de b$ù^^ pour exercer leur métier avec les plus grands. C'est bien simple, je vais à Cannes comme Valérie Damidot va chez IKEA : faire son marché pour ensuite, monter, démonter, remonter du meuble. Et puis, l'effervescence cannoise s'accentue au fil des jours. Plus se rapproche la cérémonie de clôture, plus les soirées sentent la cyprine. Les premiers jours, tu les aguiches en leur proposant des castings pour des films réalisés avec Quentin Tarentino, à la fin du séjour, tu baises rien qu'en disant que t'as été figurant dans Plus Belle La Vie.

 

Ce que j'aime à Cannes, c'est remonter la Croisette en scooter de loc, avec mes potes Jean - Pierre Castaldi, Raphaël Enthoven et Stéphane Plaza. Putain, l'année dernière, on avait fait croire à la physio super-bonnasse du Jimmy'z que Jean-Pierre allait jouer dans un remake de Supercopter... La conne voulait pas nous croire. Alors, Raphael hurlait « allez Jean Pierre, montre lui », Stephane et moi on commencait à entonner le générique de la série et Jean Pierre baissait son pantalon et faisait l'hélicoptère avec sa bite... Ah j'adore le spirit du festival!

 

J'espère que cette année ça ne va pas être chiant à violer une méxicaine dans un Sofitel en regardant un film de Mélanie Laurent. Mon train arrive dans quelques heures à Cannes; j'ai hâte de retrouver mes copains et de bien me rincer la gueule sur le dos du Cinéma...

Je vous tiens informer de mon aventure cannoise.

 

Bisous les pauvres.

 

Yves Rincé, en direct de Mandelieu-la-Napoule, à quelques Km de Cannes, pour jetenculetherese.com.

Publié dans Culture

Commenter cet article